Appel européen

Nous sommes les voisin⋅es ! Nous nous organisons et nous nous mobilisons ensemble !

Participez aux Journées d’action logement 2024 : du 27 mars au 7 avril !

2023 a été une année d’accroissement des inégalités sociales, de la xénophobie, de la criminalisation de la pauvreté, de la répression des mouvements sociaux, des immigré⋅es, des minorités de genre et des minorités ethniques. Cette année a également été marquée par des reculs importants en matière de droit au logement. Dans toute l’Europe, l’augmentation des loyers, conjuguée à la flambée des coûts de l’énergie et de l’alimentation, a poussé les gens à vivre dans des conditions marginales.

Les tendances sont les mêmes partout : au Portugal, à Lisbonne, le coût des loyers a atteint des niveaux incroyablement élevés et représente environ 63 % du revenu moyen des résident⋅es. En France, des millions de personnes sont sans abri, mal logés, menacées d’expulsion, alors que Paris se prépare à montrer son visage le plus glamour à l’occasion des Jeux Olympiques. En Suède, les migrant⋅es font l’objet de discriminations et se voient refuser l’accès aux logements sociaux. En Roumanie, les programmes de rénovation urbaine transforment les villes et l’environnement bâti en actifs financiers. Les personnes à faibles revenus sont contraintes de se réfugier dans des maisons surpeuplées ou dans des quartiers informels. Les campements sont devenus monnaie courante, même dans les villes et régions les plus riches d’Europe. Au lieu d’être aux côtés des populations, les gouvernements nationaux et les institutions européennes continuent de soutenir les investisseurs privés et le marché de l’immobilier.

Néanmoins, des milliers d’entre nous sont descendus dans la rue pour exprimer notre mécontentement. Nous avons organisé une résistance collective et généré de nouvelles idées et solutions pour une ville plus juste et plus inclusive, pour l’égalité des droits et l’accès à un logement décent, abordable, stable et écologique pour tou.te.s.

Partout, nous nous organisons sur différents fronts de lutte. À Prague, nous sommes des sans-abri et nous exigeons un investissement massif de l’État dans des logements sociaux abordables. Nous sommes des locataires dans toute l’Europe, nous sommes organisé⋅es en nouveaux syndicats et en collectifs de quartier auto-organisés. Nous luttons contre les propriétaires d’entreprises et les investisseurs privés multinationaux. Nous sommes des Roms qui contestons le racisme institutionnel. Nous sommes des immigré⋅es qui défendons notre droit inconditionnel à la ville et à un logement décent.. 
À Chypre, en Grèce, en Irlande, en Espagne, nous sommes des propriétaires pauvres qui luttons contre les hypothèques illégitimes conduisant à des saisies et expulsions. Au Portugal, nous organisons des référendums populaires visant à limiter les locations de vacances et la touristification ou à exproprier les grands propriétaires. En Serbie, en Allemagne, au Portugal, en Italie, nous bloquons les expulsions par le simple usage de nos corps. Partout, nous continuons à lutter pour l’augmentation du parc de logements publics par différents moyens, afin d’extraire une part significative des logements du marché immobilier.

Cette année, la Coalition européenne d’action pour le droit au logement et à la ville appelle à une nouvelle semaine d’action commune. Prenons une position forte contre celles et ceux qui nous privent de nos droits fondamentaux ! Mobilisons-nous partout et en même temps pour notre droit inconditionnel au logement et à la ville.

Du 27 mars au 7 avril 2024, nous nous mobilisons ensemble partout et en même temps ! Nous serons vu⋅es, nous serons entendu⋅es, nous nous battrons côte-à-côte !

Rejoignez les Journées d’action logement 2024 !

Nous demandons :

  • Le logement et le foncier doivent être un bien public ! Nous voulons un important secteur du logement à but non lucratif et social ! Nous exigeons la fin de la spéculation foncière par la socialisation de la propriété foncière et des grandes sociétés de logement.

  • Les projets urbains doivent se décider de façon démocratique : un débat permanent démocratique sur les politiques d’urbanisme et du logement pour en finir avec la spéculation, la gentrification. Renforcement des droits des locataires.

  • Un changement radical de la politique urbaine et territoriale : pour un développement urbain et territorial solidaire et écologique !

  • Le logement alternatif doit être un droit ! Les squats et autres types d’occupation ne devraient pas être criminalisés ni pénalisés, mais soutenus en tant que solutions alternatives de logement et d’organisation collective.

  • Fin du sans-abrisme ! Des moyens appropriés pour garantir des solutions de logement décentes et stables pour tous·tes.

  • Arrêt des expulsions ! Relogement ! Les trêves hivernales contre les expulsions devraient être un premier pas vers le respect des droits humains.

  • La réquisition des logements vacants et leur transformation en des logements publics abordables.

  • La baisse des loyers dans toute l’Europe et le contrôle des loyers et des prix de l’immobilier pour les logements publics et privés.

Info : https://housingnotprofit.org